A propos de l'auteur : William Faulkner naît en 1897, à New Albany (Mississippi) dans une vieille famille aristocratique ruinée par la guerre de Sécession. Son père, Murry Cuthbert Faulkner, est un raté doublé d'un ivrogne dominé par sa femme, Maud. Enfant taciturne et étrange, le jeune William se distingue par ses goûts littéraires et artistiques. Il s'engage dans l'aviation canadienne après avoir été délaissé par Estelle, dont il était amoureux, mais l'Armistice met fin à la guerre avant qu'il ait appris à piloter. Il rentre cependant chez lui auréolé de la gloire du soldat et se vantant d'exploits inventés de toutes pièces. Il commence à écrire tout en exerçant différents métiers, sans grande conviction. Marqué parla forte personnalité de sa mère et son échec sentimental, William Faulkner mêle puritanisme et sensualité, comme en témoigne le titre de son premier recueil de poèmes, Le Faune de Marbre, en 1924. Il séjourne à Paris, à New York, à la Nouvelle-Orléans et, à son retour, épouse Estelle, qui a divorcé, et s'installe à Oxford. Il y mène une vie de romancier dont les livres ne se vendent guère malgré l'estime de la critique. Quelques-uns de ses plus grand romans paraissent alors : Sanctuaire, Tandis que j'agonise, Lumière d'août, Sartoris, Le Bruit et la Fureur... Ils dressent une topographie de l'univers romanesque de l'écrivain : le comté de Yoknapatawpha et la ville de Jefferson dans le Sud après la guerre de Sécession. Faulkner publie également des recueils de nouvelles, comme Treize histoires - dont les textes comptent parmi ses premières oeuvres traduites en français dans les années 1930 - ou encore Histoires diverses. Idylle au désert, dont est extrait Le Caïd et autres nouvelles, est publié en 1977 ; il regroupe des nouvelles inédites ou jamais recueillies en volume. Faulkner travaille également comme scénariste à Hollywood où il rencontre Meta Carpenter qui devient sa maîtresse. Son sens du devoir lui intime de la quitter et cette rupture lui inspire son dernier chef d'oeuvre, Les Palmiers sauvages, et le cruel duo de Charlotte et de Harry, jouets et prisonniers de leur amour. Il commence enfin à pouvoir vivre de sa plume et obtient le prix Nobel de littérature en 1949. Malheureusement son inspiration se tarit. L'alcool finit par avoir raison de lui, le 16 juillet 1962, au moment où paraît son dernier roman, Les Larrons. Cette oeuvre est un adieu souriant aux personnages qui, pendant tant d'années, ont été les compagnons de chaque jour du grand romancier. L'univers de Faulkner est pessimiste : la déchéance, le péché, l'expiation par la souffrance forment la trame dramatique de son oeuvre qui compte parmi les plus importantes de la littérature américaine.

PUBLICITÉS